JavaScript Menu by Deluxe-Menu.com
           

Accueil > Conseils > Règlementation

Règlementation thermique


Aujourd'hui, toutes les menuiseries ne se valent pas. Pour attester de leur qualité, elles sont soumises à une règlementation thermique spécifique.

La Réglementation Thermique 2012 s’applique d’ores et déjà pour les logements neufs (maisons individuelles, immeubles collectifs, foyers de jeunes travailleurs et cités universitaires) situés en zone ANRU* et pour les bureaux, les bâtiments d’enseignement et les établissements d’accueil de la petite enfance. Elle s’appliquera d’ici la fin de l’année 2011 pour les autres bâtiments tertiaires et dès le 1er janvier 2013 pour les bâtiments à usage d’habitation situés en dehors des périmètres de rénovation urbaine.

Le principe :
La Réglementation Thermique 2012 vise à valoriser la performance globale du bâtiment. La construction doit alors présenter une efficacité énergétique minimale du bâti inférieure au « Bbiomax » ainsi qu’une consommation d’Energie Primaire Maximale ou Cmax d’une valeur moyenne de 50 kWh/m²/an, à moduler selon les régions.
De plus, la perméabilité à l’air du bâtiment doit être inférieure, sous 4 Pa de pression, aux valeurs définies :
- 0,6m3/h/m² : pour les maisons individuelles,
- 1,0m3/h/m² : pour les bâtiments collectifs.
Dans ce cadre, les fenêtres doivent alors répondre aux exigences suivantes :
• Thermiques : pas de critères imposés mais préconisation d’un Uw compris entre 1,7 et 0,7 (label BBC-Effinergie).
• Confort d’été :
- Exigence du confort d’habitation : surface totale des baies
- 1/6 de la surface habitable pour les bâtiments ou parties de bâtiments à usage d’habitation,
- Exigence sur le facteur solaire (reconduction RT2005),
- Obligation de surface ouvrante minimale (au minimum 30 % de la surface de baie si le bâtiment n’est pas climatisé).


Repères

Il existe trois indices de performance énergétique des menuiseries :

• la capacité à conserver la température intérieure (mesurée via le coefficient Uw : plus le Uw est bas et plus la fenêtre est isolante)
• la capacité à transmettre la chaleur du soleil à l'intérieur de la maison (mesurée via le coefficient Sw : plus le Sw est élevé, plus la chaleur transmise est grande)
• la capacité à transmettre la lumière naturelle à l'intérieur de la maison (mesurée via le coefficient Tlw)

A cela, on rajoutera le Ug, qui traduit le coefficient surfacique de transmission thermique au centre du vitrage.
La performance énergétique des menuiseries est d'autant plus renforcée avec la présence des volets. Le coefficient Uw devient alors Uj/N.



Pour en savoir plus : www.rt-batiment.fr